Siffler

Le sifflotement matinal d’un cariste latino trouve des échos métalliques sous le préau de l’entrepôt. L’homme prépare les caisses vides de ta cargaison qui attend encore d’être cueillie au champ. Sa journée commence alors que la tienne est déjà trop longue. 

Tu serres les lèvres pour souffler trois notes discrètes, étouffées, maladroites. Puis tu pouffes de rire, tout seul dans ton camion.
Siffler est un art. 

Le bonheur aussi.

Tu maîtrises au moins l’un des deux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :