Good morning, sunshine 

Quand elle m’a dit Good morning, sunshine, je sais bien que je n’avais pas l’air d’un rayon de soleil. Et je sais bien qu’elle le savait aussi. 

Mais tandis que j’avais affaire avec un urinoir et que Boy George cherchait en vain de l’écho contre le carrelage de la salle de toilette, je savourais encore le même instant, ce Good morning, sunshine qui m’avait fait tant de bien. Elle avait terminé ces salutations matinales d’un sourire qui l’avait rendue belle, qui aurait rendue belle n’importe quelle femme. 


Et quand est venu le temps de me payer un café, au moment de déposer de la monnaie dans ma paume: Have a lovely day, avec toujours le même sourire. J’aurais voulu lui dire que si j’avais un lovely day, elle n’y serait sans doute pas étrangère.

Les femmes des truckstops nous font tellement de bien. Quand elles font semblant de nous trouver beaux, sympathiques, drôles. Quand elles s’amusent de nous savoir canadiens et qu’elles essaient de prononcer nos noms francophones. Elles remettent un peu d’humanité dans nos journées.

Les femmes des truckstops ne savent sans doute pas à quel point elles nous font du bien. 

Ou peut-être qu’elles le savent. Ce serait correct aussi. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :